La Médecine Anthroposophique old

La médecine d’orientation anthroposophique aujourd’hui

MÉDECINE DE TRADITION EUROPÉENNE PRATIQUÉE PAR DES MÉDECINS

La médecine d’orientation anthroposophique
– intègre la notion de compétence du patient, apte à collaborer à sa guérison
– élargit la démarche universitaire par les apports d’une conception globale (corps, âme, esprit) de l’être humain
– utilise une vaste panoplie de médicaments issus des règnes de la nature et préparés selon des procédés spécifiques qui révèlent les qualités thérapeutiques des substances utilisées.

Text content

LES BASES

Les caractéristiques de cette orientation médicale émanent de la démarche anthroposophique selon laquelle les êtres humains et les règnes de la nature sont liés par une origine commune. Cette démarche conduit à une vision d’ensemble – intégrative -de la santé, de la maladie et de la guérison ainsi qu’à une approche spécifique des traitements médicaux.

A partir de l’impulsion donnée en 1920 par Rudolf Steiner (philosophe et scientifique, fondateur de l’anthroposophie, 1861-1925) et Ita Wegman (médecin, 1876-1943) en collaboration avec un groupe de médecins, cette approche médicale basée sur les conceptions anthroposophiques apporte un élargissement aux données universitaires classiques.

LA MÉDECINE ANTHROPOSOPHIQUE : SA PRATIQUE

La médecine anthroposophique
– est pratiquée par des médecins formés à l’Université et régulièrement inscrits aux Conseils de l’Ordre de leur pays respectif,
– intègre les données de la médecine universitaire et les complète par une prise en compte des dimensions psychique et spirituelle de l’être humain,
– permet d’élargir, non seulement la pratique de la médecine générale, mais aussi celle de toutes les spécialités et de la médecine dentaire.
– Les médecins sont regroupés en associations qui dispensent l’enseignement de la médecine anthroposophique et assurent la formation continue.
– Les médecins qui souhaitent prendre contact avec les associations de médecins peuvent s’adresser au secrétariat de l’APMA.

UNE MÉDECINE INDIVIDUALISÉE

L’apport de la médecine anthroposophique aux patients d’aujourd’hui : 
– Une place centrale accordée au patient reconnu comme une individualité unique,
– Un traitement individualisé,
– Une panoplie thérapeutique accordant une large place aux médicaments d’origine naturelle, aux arts thérapeutiques, à l’entretien biographique,
– Une conception médicale qui – à côté de l’attention portée à la pathologie -accorde une place importante au maintien de la santé par un ensemble de pratiques que l’on peut regrouper sous les deux vocables : hygiogenèse et salutogenèse.
Pour en savoir plus : 2003 Brochure Médecine anthroposophique
Les médicaments anthroposophiques sont préparés à partir de substances naturelles issues des règnes minéral, végétal et animal. (Voir plus loin)
A côté des traitements médicamenteux, les arts thérapeutiques – peinture, modelage, musique, chant et art de la parole – font partie intégrante de la médecine anthroposophique. De plus, l’eurythmie thérapeutique a été proposée par Rudolf Steiner comme un nouveau traitement par le mouvement. La gymnastique Bothmer (aussi appelée  » Dynamique spatiale « ) est également utilisée dans une perspective thérapeutique.
Dans le domaine de la physiothérapie, différentes techniques de massage ont été développées : le massage rythmique selon les docteurs Hauschka et Wegman, et le massage selon le Dr Pressel.
Les soins infirmiers, notamment sous la forme d’applications externes (compresses, cataplasmes et bains avec des plantes et des huiles essentielles) et de techniques spéciales d’effleurages rythmiques bénéficient également de l’apport anthroposophique.
Des entretiens avec les patients et le travail biographique, des exercices de développement personnel et éventuellement la méditation, complètent ce large champ des thérapies de la médecine anthroposophique.

LES BASES

Les caractéristiques de cette orientation médicale émanent de la démarche anthroposophique selon laquelle les êtres humains et les règnes de la nature sont liés par une origine commune. Cette démarche conduit à une vision d’ensemble – intégrative -de la santé, de la maladie et de la guérison ainsi qu’à une approche spécifique des traitements médicaux.

A partir de l’impulsion donnée en 1920 par Rudolf Steiner (philosophe et scientifique, fondateur de l’anthroposophie, 1861-1925) et Ita Wegman (médecin, 1876-1943) en collaboration avec un groupe de médecins, cette approche médicale basée sur les conceptions anthroposophiques apporte un élargissement aux données universitaires classiques.

UNE MÉDECINE INDIVIDUALISÉE

L’apport de la médecine anthroposophique aux patients d’aujourd’hui : 
– Une place centrale accordée au patient reconnu comme une individualité unique,
– Un traitement individualisé,
– Une panoplie thérapeutique accordant une large place aux médicaments d’origine naturelle, aux arts thérapeutiques, à l’entretien biographique,
– Une conception médicale qui – à côté de l’attention portée à la pathologie -accorde une place importante au maintien de la santé par un ensemble de pratiques que l’on peut regrouper sous les deux vocables : hygiogenèse et salutogenèse.
Pour en savoir plus : 2003 Brochure Médecine anthroposophique
Les médicaments anthroposophiques sont préparés à partir de substances naturelles issues des règnes minéral, végétal et animal. (Voir plus loin)
A côté des traitements médicamenteux, les arts thérapeutiques – peinture, modelage, musique, chant et art de la parole – font partie intégrante de la médecine anthroposophique. De plus, l’eurythmie thérapeutique a été proposée par Rudolf Steiner comme un nouveau traitement par le mouvement. La gymnastique Bothmer (aussi appelée  » Dynamique spatiale « ) est également utilisée dans une perspective thérapeutique.
Dans le domaine de la physiothérapie, différentes techniques de massage ont été développées : le massage rythmique selon les docteurs Hauschka et Wegman, et le massage selon le Dr Pressel.
Les soins infirmiers, notamment sous la forme d’applications externes (compresses, cataplasmes et bains avec des plantes et des huiles essentielles) et de techniques spéciales d’effleurages rythmiques bénéficient également de l’apport anthroposophique.
Des entretiens avec les patients et le travail biographique, des exercices de développement personnel et éventuellement la méditation, complètent ce large champ des thérapies de la médecine anthroposophique.

LA MÉDECINE D’ORIENTATION ANTHROPOSOPHIQUE EN EUROPE

Implantée dans les pays de l’Union européenne, en Suisse et de façon croissante dans l’est de l’Europe, la médecine anthroposophique bénéficie depuis sa création d’un intérêt grandissant tant de la part du public que des milieux médicaux, ainsi que le montrent les données suivantes :
– Environ 30000 médecins répartis dans l’espace européen prescrivent les médicaments anthroposophiques.
– La médecine anthroposophique est appliquée dans des hôpitaux, des cliniques et autres centres de soins en Allemagne, Suisse, Suède, Royaume Uni, Hollande, Autriche, Italie, ainsi qu’au sein des instituts médico-pédagogiques dans la plupart des pays d’Europe (dont neuf centres en France).
– Le chiffre d’affaires correspondant à la production des médicaments anthroposophiques dans l’Union Européenne représente 20% de la production des médicaments homéopathiques.
– La médecine anthroposophique est enseignée à l’Université en Allemagne, en Suisse et dans le Royaume Uni. En outre, l’Hôpital communautaire de Herdecke en Allemagne est habilité à former des étudiants en médecine.
– Les médicaments anthroposophiques sont couverts dans une proportion variable par les assurances-maladie nationales dans plusieurs états-membres.
– Elle est inscrite dans les législations des pays suivants : Autriche, Danemark, Finlande, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Suède, Portugal, Royaume Uni ainsi qu’en Suisse.

LA MÉDECINE D’ORIENTATION ANTHROPOSOPHIQUE DANS LE MONDE

Au début du XXIe siècle, elle est présente au total dans 67 pays, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, etc. Les associations professionnelles des différents pays sont regroupées au sein d’une fédération internationale : l’IVAA (Fédération Internationale des Associations Médicales Anthroposophiques). Un congrès mondial réunit, chaque année, les représentants d’une quarantaine de pays.
La médecine anthroposophiques fait l’objet d’un enseignement universitaire dans certains pays d’Europe et aux Etats-Unis à San Francisco.
En plus des enseignements réguliers, des sessions de formation ont régulièrement lieu dans les pays où la médecine anthroposophique est implantée.
Un rapport de l’OMS :  » Le Statut Légal des médecines traditionnelles et complémentaires / alternatives  » de décembre 2001 – Inventaire mondial (Legal status of Traditional Medicine and Complementary /Alternative Medicine -CAM- A worldwide review WHO 12-2001) cite la médecine anthroposophique dans différents pays.
Adresses utiles Voir Liens

Les médicaments anthroposophiques

Text content

 

Fleurs

Les médicaments anthroposophiques sont préparés à partir de substances naturelles issues des règnes minéral, végétal et animal. Du fait de l’évolution commune de l’homme et de la nature, ces substances peuvent être mises en rapport avec les processus pathologiques et de guérison chez l’homme dans les états de santé, de maladie et de guérison. Comme on peut le reconnaître en approfondissant la connaissance des maladies de l’être humain et en étudiant les phénomènes correspondants dans la nature, chaque processus pathologique humain est peut être mis en analogie avec à un processus typique observé dans la nature. La compétence thérapeutique consiste à pouvoir amener les deux processus en interaction par le moyen des médicaments.

Métaux

Des procédés spécifiques de fabrication issus de la connaissance anthroposophique de l’être humain sont mis en oeuvre à partir d’un large choix de substances dans la production des médicaments anthroposophiques. De nombreux médicaments relèvent de la pharmacopée homéopathique ou phytothérapique, d’autres relèvent de la phytothérapie, d’autres encore contiennent des substances à doses pondérales qui peuvent être aussi associées aux deux catégories précédentes. Les substances diluées et dynamisées aussi bien que les préparations en doses pondérales sont finement adaptées à la constitution humaine incluant les dimensions physique, psychique et spirituelle. De plus, les processus à la base de la guérison : le rythme et la chaleur, sont utilisés dans les différents procédés de fabrication des médicaments.

Différences pharmaceutiques entre homéopathie anthroposophique et homéopathie classique

– Une gamme élargie des souches de base,

– En plus des souches utilisées en homéopathie classique, les médecins d’orientation anthroposophique utilisent des souches issues de la tradition anthroposophique, qui sont toutes décrites dans des monographies figurant à la Pharmacopée homéopathique allemande (HAB),

– Des dilutions décimales – une partie pour 9 de solvant (la plupart des dilutions de l’homéopathie classique sont centésimales – une partie pour 99 parties de solvant) ; les dynamisations plus nombreuses optimisent l’effet thérapeutique des décimales,

Récipient

– Utilisation des hauteurs de dilution : selon leur hauteur, les dilutions correspondent aux différents systèmes de l’être humain : système métabolique, système rythmique (respiration et circulation), système neurosensoriel,

– Une plus grande utilisation des basses dilutions : les basses dilutions (D1 à D6) agissent sur le pôle métabolique, les hautes dilutions (D15 à D30) sur les fonctions neuro-sensorielles et ce qui en dépend, les dilutions moyennes (D8 à D12) sur les fonctions rythmiques (coeur, circulation sanguine et respiration),

– Des voies d’administration – orales, externes, par injection ou par inhalation – choisies selon le but thérapeutique recherché, et indispensables pour individualiser le traitement proposé,

Laboratoire

– Une dynamisation manuelle conforme à la nature de l’être humain qui n’est pas une machine, permet une plus grande pénétration de la substance dans le solvant,

– Qualité des souches garantie pour les plantes et les organes d’animaux par l’origine biodynamique, biologique ou le milieu sauvage protégé. Les métaux et les minéraux sont choisis à l’état natif.

Préparation

Une grande partie des médicaments sont des remèdes composés ; les différents composants étant réunis pour leur valeur propre et pour l’ensemble qu’ils constituent, cet ensemble est plus que la somme de ses composants. La dynamisation peut se pratiquer pour les composants séparés ou pour l’ensemble selon les préparations. La grande variété des procédés de fabrication est nécessaire pour libérer les principes actifs des multiples substances de base issues de la nature, et les transposer dans la forme pharmaceutique voulue.

Les médicaments de l’homéopathie anthroposophique sont dilués et dynamisés selon la méthode hahnemannienne des flacons séparés (cf. monographie Pharmacopée Française 10e édition).

La garantie sanitaire des médicaments anthroposophiques

Les médicaments anthroposophiques sont soumis aux mêmes règles de surveillance que les autres médicaments ( En France, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé – AFSSAPS). Un exemple : sur 185 millions d’ampoules injectables vendues de 1990 à 2000 par deux laboratoires anthroposophiques (Weleda et Wala), 36 effets indésirables ont été déclarés soit 0,00000019%. Ces observations montrent la fiabilité des injectables anthroposophiques.

Pour en savoir plus : 2003 Brochure Médicaments anthroposophiques

La Médecine Anthroposophique old

Text content

Les arts-thérapies

Parmi les innovations que la démarche anthroposophique a introduites dans le domaine médical, les arts thérapeutiques tiennent une place de première importance.

Au premier abord, la notion d’art peut paraître bien éloignée de celles de médecine ou de thérapie. Lorsqu’un médecin conseille à son patient de pratiquer la peinture thérapeutique ou l’eurythmie thérapeutique pour ne citer qu’elles dans le cadre du traitement d’un problème cardio-vasculaire, par exemple, la réaction est bien souvent un étonnement, parfois un sourire sceptique, voire condescendant.

Si le patient accepte, il s’aperçoit assez rapidement qu’il entre dans un monde inconnu de lui jusqu’alors, dont la découverte n’est autre que celle de son être propre. Sur ce chemin, il va trouver des clés, rencontrer des images et susciter en lui des forces qui lui permettront de comprendre, d’assumer et de traiter sa maladie d’une façon nouvelle.

Les arts thérapeutiques et la tripartition humaine – Dr Jean Chazarenc

Pour en savoir plus :

– Lire la suite de l’article : Les arts thérapeutiques et la tripartition humaine – Dr Jean Chazarenc

– 2003 Brochure Thérapies anthroposophiques

Text content

Text content